Nombre total de pages vues

12/13/2017

l’Ouarsenis: Les agriculteurs sinistrés seront indemnisés

La situation socioéconomique de la wilaya et les perspectives de son développement enseignent que le secteur de l’agriculture est encore loin des objectifs visés en dépit des dizaines de milliards de dinars dont il a bénéficié au titre de plusieurs programmes tels que du FNRDA, PNDA et d’autres programmes. «Ces efforts n’ont pas encore réussi à faire décoller le secteur agricole à travers la wilaya de Tissemsilt». Tissemsilt a une vocation purement agricole dont l’agriculture est le fer de lance de l’emploi. Par ailleurs, la superficie agricole utile, est passée de 143 451 ha en 1999 à 145 456 ha en 2016 ainsi que la superficie forestière est 60 714 ha dont 1405,54 ha reboisés et 11 159 ha de maquis, soit un taux de reboisement qui avoisine les 19%. 
Cette richesse naturelle est variée au niveau de plusieurs zones d’implantation, avec 27 040 ha de pin d’Alep, 9814 ha de chêne vert, 1173 ha de chêne de cèdre, 687 ha de chêne liège et 566 ha de chêne zeen. Le reste des zones forestières est riche en maquis et en broussailles. La wilaya de Tissemsilt contenue dans le grand massif de l’Ouarsenis et présentant un relief difficile, est fortement accidentée au nord de la wilaya où les zones de montagnes occupent près de 65% du territoire. Les pentes sont généralement supérieures à 25% expliquant dans une certaine mesure l’importance sensibilité au phénomène d’érosion et les contraintes d’aménagement de l’espace local dont dispose la wilaya de Tissemsilt, peuvent lui valoir une meilleure place qu’elle occupe actuellement dans le domaine de la production agricole, de la pêche et des forêts. 
Par ailleurs, le ministre a déclaré que la wilaya de Tissemsilt qui était à vocation agricole, a perdu d’emblée son blason doré de polyculturelle et ce, depuis plus de deux décennies. Le ministère de l’Agriculture plaide pour l’investissement dans les forêts pour lutter contre les incendies menaçant ce patrimoine national. Investir dans ces espaces en créant des forêts récréatives pourrait permettre aux autorités de rentabiliser ces lieux au double plan économique et de divertissement. Mais aussi de lutter contre les feux qui ne cessent de menacer cet important patrimoine qu’il faut valoriser et de protéger.
En somme, le ministre semble disposé à accompagner ce genre de projets, notamment dans les régions à caractère forestier. 
Les agriculteurs dont la production agricole a été ravagée par les incendies, ont été indemnisés à Tissemsilt dont 20 victimes ; le ministre de l’Agriculture a assuré que «tout agriculteur dont la production agricole, arbres fruitiers, oliviers, cheptel et ruchers- a été décimée par le feu, sera indemnisé», a t-il indiqué, ajoutant qu’«un vaste travail de recensement, de diagnostic et d’évaluation des dégâts causés par les feux a été déjà lancé» par les différentes instances concernées par ce dossier, précisant que sur la base des résultats de ces investigations et enquêtes, les victimes ouvrant droit à l’indemnisation seront dédommagées. 
Orienter les efforts de l’État vers les créneaux où l’Algérie possède des potentialités importantes, comme l’agriculture, est l’une des voies capables d’insuffler une dynamique concrète à l’effort de développement. «L’agriculture est au cœur de la stratégie du gouvernement, et occupe une place prédominante», a souligné le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, M. Abdelkader Bouazghi, hier, lors d’un point de presse organisé en marge de sa visite de travail et d’inspection à la wilaya de Tissemsilt, rappelant toutefois les principaux points sur lesquels se concentre ce plan d’action, à savoir, l’élargissement des superficies agricoles et des superficies irriguées pour atteindre 02 millions d’ha d’ici 2019, la diversification de la production nationale, atteindre l’autosuffisance alimentaire et faire de l’industrie agroalimentaire une priorité de l’économie nationale. 
Selon Abdelkader Bouazghi, il est question de réindustrialiser le pays sur la base d’une nouvelle politique engagée depuis quelques années en tant qu’enjeu majeur pour la transformation structurelle de l’économie algérienne, la densification du tissu économique et l’accroissement de la richesse et de l’offre d’emploi.
Il n’omettra pas d’indiquer que l’Etat mise sur le secteur de l’agriculture en tant qu’alternative fiable à «l’or noir», et cela pour assurer l’autosuffisance alimentaire, mais aussi pour passer à l’exportation. 
Ainsi, le ministre qui est sur tous les fronts, a bien affiché la volonté de son secteur de faire de l’agriculture une «source d’exportation» suite au programme tracé par le président de la République depuis 2009. Le ministre a déclaré que le développement agricole dans les zones montagneuses représente 15 à 18% de la production nationale, du taux global de la richesse financière enregistrée par l’agriculture annuellement.

Tiaret: De l'argent pour l'éclairage public



Une enveloppe de plus d'un milliard de centimes a été dégagée sur le budget de la wilaya pour la reprise de l'éclairage public sur les principales voies de communication, a annoncé le wali de la wilaya. 
En effet, l'éclairage public sera repris sur la RN14 reliant la localité de Dahmouni jusqu'aux limites administratives de la wilaya de Tissemsilt et la RN reliant Dahmouni à Mahdia. 
La semaine dernière, le premier responsable de la wilaya avait annoncé, lors de l'installation de la nouvelle assemblée populaire de wilaya, que l'éclairage public sera également repris dans la ville de Tiaret et plusieurs autres communes, à la faveur des 350 milliards de centimes dégagés sur le fonds commun des collectivités locales (FCCL) pour la réalisation de plusieurs projets d'amélioration urbaine. 

12/12/2017

Ain kermès Football : WAB Ain kermès Photos Souvenir et Nostalgie du sport kerméssienne ...



















Ain Kermès ces Réseaux sociaux: espaces d’informations et de manipulations


Il est clair que l’on s’informe de plus en plus sur You Tube ou sur les réseaux sociaux et de moins en moins par les journaux ou la télévision… Mais, ces derniers temps il y a de nombreux articles sur le thème de la manipulation de l’information à l’ère des réseaux sociaux . Photos recadrées, sorties de leur contexte. Vidéos ne correspondant pas à la période citée ou au pays mentionné, faux comptes Twitter, absence de sources…Toutes les manipulations possibles sont utilisées pour entretenir la désinformation, la rumeur, le dénigrement…
L’utilisation des médias et réseaux sociaux comme le retweet automatique sans vérifier l’information participent-ils à la propagation de la manipulation de l’information ? Comment vérifier l’information face aux manipulateurs ? Quels outils peut-on utiliser ? Outre le fait que les canaux de communication ne cessent de s’accroître, que chaque individu devient une source d’information, le simple quidam devient l’annonceur de The « breaking news » retweeté, liké, partagé par ses amis followers…
Il faut savoir qu’au moment de leur lancement , les réseaux sociaux ont souvent été présentés comme de puissants vecteurs de la démocratisation des sociétés. Quelques années plus tard, le bilan est beaucoup plus contrasté.
En cause: la pratique des Etats, qui manipulent de plus en plus des sites comme Facebook ou Twitter à des fins politiques. L’étude publiée dernièrement par l’ONG Freedom House sur la liberté d’internet est révélatrice du nombre d’Etats qui suivent l’exemple de  la Russie et de la Chine en manipulant les réseaux sociaux et en traquant les opposants sur internet, une grave menace pour la démocratie. Selon cette ONG, 30 gouvernements ont manipulé internet en 2017 pour déformer l’information en ligne, contre 23 l’année précédente.
Le rapport indique que ces tactiques de manipulation, difficiles à détecter et de désinformation en ligne ont joué un rôle important dans les élections d’au moins 18 pays au cours de l’année écoulée, y compris aux Etats-Unis.
Une certitude: les réseaux sociaux sont devenus incontournables dans les élections, particulièrement une présidentielle. Mais leur audience grandissante induit un marché qui pousse à la tromperie et aux manipulations, comme c’est stipulé dans l’étude de Freedom House.
N’en déplaise aux Etats, le web avec ses réseaux sociaux est devenu le nouvel espace de discussion. A l’instar des cafés, internet est devenu une sorte de parlement du peuple, qui héberge des espaces où l’on redonne ses lettres de noblesse à la discussion. Le grand avantage du web et spécialement les réseaux sociaux: le nivellement. Tout le monde est sur la même ligne de départ, gouvernés et gouvernants…
Kamel Sidi Said

Terres agricoles: une commission nationale pour statuer sur les actes de concession agricole en suspens


Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazgui, a annoncé, samedi à Mascara, la constitution d’une commission nationale au ministère, pour statuer dans près de 10.000 actes de concession agricole en suspens. 
Lors d’une visite de travail dans la wilaya, le ministre a souligné qu’une commission nationale a été dernièrement constituée pour statuer dans les dossiers que les commissions de wilayas n’ont pas pu traiter pour différentes raisons, dont celles de terres non actées. Abdelkader Bouazgui a salué, au passage, les efforts de la wilaya de Mascara dans le domaine de l’assainissement du foncier agricole et sa réglementation en annulant 1.175 exploitations fictives et inexistantes sur le terrain et établissant 16.361 actes de concession sur un total de 17.591 dossiers déposés au niveau de l’Office national des terres agricoles (ONTA). Le ministre présidera, dimanche à Mascara, les festivités célébrant le 43e anniversaire de la création de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA), en présence du secrétaire général de l’UNPA, de représentants d’agriculteurs de différentes wilayas, de cadres et de promoteurs du secteur agricole.

El-Oued : L’importance de l’exploitation des TIC


Les participants à une journée d’étude sur “les voies et mécanismes de soutien de l’investissement industriel ont mis en avant, lundi à El-Oued, l’importance de l’exploitation des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans la gestion des petites et moyennes entreprises économiques. 
Dans une communication sur “l’impact de la numérisation au sein des entreprises”, le chercheur Noureddine Djouadi (université d’El- Oued) a appelé les responsables d’entreprises économiques à aller vers l’exploitation des TIC pour une meilleure gestion de leurs entités économiques, eu égard à leur rôle efficace dans la performance et le rendement, notamment en matière d’amélioration de la productivité. 
Pour l’intervenant au cours de cette rencontre, la numérisation des entreprises économiques “demeure plus qu’une urgence”, car liée étroitement aux mesures de soutien à l’investissement pour les entreprises aussi bien publiques que privées d’où son urgence. «Les process de numérisation contribuent largement à la performance et la stabilité des petites et moyennes entreprises, notamment en termes de gains issus de la hausse de la production et de l’accroissement de l’embauche pour l’entreprise”, a-t-il expliqué. Initiée par la chambre de commerce et d’industrie “CCI-Souf” d’El-Oued, cette rencontre a donné lieu à des communications et exposés, animés par des représentants d’institutions administratives et d’entreprises publiques, sur les mécanismes et les facilitations et avantages accordés par l’administration aux jeunes promoteurs. 
Les participants ont également mis l’accent sur l’orientation des jeunes vers l’investissement dans les segments agricole, touristique et industriel qui constituent des créneaux susceptibles d’apporter un plus à l’économie nationale, hors hydrocarbures, et de générer de nouveaux emplois au regard des potentialités des régions de Oued-Souf et Oued-Righ.Cette journée d’étude entre dans le cadre de la stratégie de la CCISouf visant l’organisation de rencontres scientifiques en rapport avec l’investissement

Oran : Naftal prend en charge la rénovation de 12 stations services


La Société nationale de commercialisation et de distribution des produits pétroliers (Naftal) entend prendre en charge la rénovation de 12 stations-services dans la wilaya d’Oran, a indiqué le directeur local de l’énergie, précisant que le lancement des travaux est attendu pour début 2018
L a rénovation de ces stations entre dans le cadre du programme national de Naftal pour la modernisation et la rénovation incluant plus de la moitié des stations-services, a souligné Omar Sbaâ, ajoutant que le cahier des charges sont en cours de validation et les avis d’appel d’offres seront prochainement lancés. 
Les douze stations-services publiques, situées entre Ain Turck, Gdyel et Oran ville, seront réhabilitées au cours du premier trimestre 2018, alors que la campagne de contrôle des stations privées de la wilaya d’Oran se poursuit. Cette campagne, qui a touché 76 stations privées et publiques de la wilaya d’Oran, a révélé que 80% de ces infrastructures ne sont pas conformes aux normes. 
Des mises en demeure pour leur mise à niveau ont été adressées à leurs gérants. 
Des délais, selon le degré de la dégradation et l’importance des travaux nécessaires pour la réhabilitation, ont été accordés aux gérants au début de l’année 2017, a rappelé M. Sbaâ, signalant que sa direction poursuit la campagne de contrôle. Six stations privées ont été rénovées et d’autres ont engagé des travaux, a noté le même responsable, ajoutant que les retardataires et les récalcitrants feront l’objet de sanctions “La mise à niveau concerne notamment l’habillage, les sanitaires, la piste et les activités secondaires comme le lavage-graissage”, a-t-il précisé, assurant que son administration prendra des sanctions à l’encontre des réfractaires pouvant aller jusqu’à la fermeture de leur établissement.